pedagogie tortel

http://www.pedagogie-tortel.org

La pédagogie d’initiation, une pédagogie humaniste pour aujourd’hui et pour demain

La pédagogie d’initiation se propose la formation d’un être libre, autonome, conscient et responsable, elle souhaite la participation de l’enfant à sa propre culture.
Elle est fondée sur l’expression et l’écoute de l’enfant, l’accueil toujours valorisant de sa parole et de ses premières productions, aimées dès le départ, au sein d’un groupe classe fortement uni par un projet commun issu de ses intérêts propres, donc fortement motivant, capable de mobiliser et libérer en chacun des forces insoupçonnées.
Elle s’adresse à l’être total de l’enfant, affectif, social, intellectuel, en vue d’un éveil à la Conscience, dans le respect de soi, de l’autre et du monde qui l’entoure, en vue de rejoindre les grandes valeurs humaines universelles.
La dialectique pratiquée permet à chacun de se révéler, de s’enrichir au sein du groupe, l’incite à des efforts de réflexion, de concentration et de dépassement de soi, afin de progresser dans le développement de sa pensée et de tout son être.

Ses innovations

Beaucoup d’entre elles font aujourd’hui partie intégrante du quotidien dans les classes, d’autres restent encore cependant à développer.
• Pédagogie de l’expression et de la prise de conscience.
• Pédagogie du projet.
• Pratique d’une dialectique éducative au sein du groupe classe :
– les enfants ont la parole ;
– écoute de l’enfant ;
– appel à une expression personnelle motivée : verbale, plastique, corporelle.
• Importance donnée à l’Art et à l’imaginaire :
– apports culturels de qualité ;
– approche : des grandes œuvres, de la grande musique, des beaux textes ;
– grande place donnée au dessin : appel à l’ampleur du geste, appel au grand format, libération du lyrisme enfantin, richesse et diversité des techniques et matériaux offerts à la création, apparition du dessin collectif.
• Ouverture de l’école :
– sur la vie : découverte du milieu proche et plus lointain (promenades, voyages, etc.), une création originale (la classe cuisine, ambiance familiale retrouvée), l’anniversaire à l’école avec signification de la fête ;
– aux parents : les familles sont appelées à participer ;
– aux autres professionnels : médecins, chercheurs .
• Le psychologue entre à l’école.

 

Grand dessin portrait de femme
Germaine Tortel - sa vie, son oeuvre
Germaine Tortel pendant une exposition

http://www.pedagogie-tortel.org/pratique.php

Une pédagogie qui s’adresse à l’être total de l’enfant

Elle veut faire surgir et développer le potentiel de chacun, favoriser l’éclosion de ses forces cachées, en lui donnant l’occasion de se libérer, de se révéler et de se cultiver.
Elle donne priorité au langage, « premier signe d’humanisation », « véhicule d’une pensée, mais aussi son architecte par le monologue intérieur qui la promeut. » (Germaine Tortel)
C’est une pédagogie de l’expression sous toutes ses formes, non simple spontanéisme, mais spontanéité raisonnée et enrichie.
L’éducateur se met à l’écoute de l’enfant amené à s’exprimer pleinement, prend sa parole ou son œuvre en considération, mais lui apprend aussi à écouter l’autre, à tenir compte de ses idées, de ses jugements, de sa personne, dans le respect de son identité, ses différences étant vécues comme des richesses.
La mise en situation permet cette expression à l’intérieur d’un projet issu du groupe, qui favorise l’initiative, dynamise l’action, soutient et stimule l’intérêt.

Illustration de la pratique de la pédagogie de Germaine Tortel

Madeleine Goutard,
Inspectrice honoraire des écoles maternelles

Le mot initiation a toujours été employé en pédagogie maternelle du fait que le jeune enfant s’initie à la vie en société et aux diverses activités culturelles. Mais la signification que Germaine Tortel donne à ce mot va bien au-delà, à tel point que sa pédagogie a aussi été qualifiée de « pédagogie d’initiation ». Je crois que ce mot doit être rapproché du sens qu’il a plus particulièrement en ethnologie.
Germaine Tortel avait horreur des enseignements « assénés » du dehors sans que les êtres y aient été intérieurement préparés, sans qu’il y ait eu un appel, une attente, une tension vers l’effort, vers la joie de découvrir et de connaître, de telle sorte que toute connaissance qui survient trouve alors accueil, résonance, compréhension au sens propre du terme et puisse être intégrée à l’ensemble de l’expérience et la féconder.
L’éducatrice maternelle est donc celle qui ménage cette préparation intérieure, qui donne prix à ce qui va être en quelque sorte dévoilé, révélé, découvert au sens propre du terme, qui va introniser l’être enfantin parmi tous ceux qui sont déjà initiés à ces connaissances, lesquelles sont alors accueillies comme des valeurs inestimables dont il faut se montrer digne.

         


Leave a Reply